27/09/2016

Echos du Grand Conseil: parfois, l'épilogue est heureux !

La séance du jeudi débuta par le débat sur le rapport de la commission de gestion, à propos des débordements en marge de la manifestement du 19 décembre 2015, qui a mis en exergue les problèmes interne d'organisation, et surtout de communication, de la police genevoise. Pierre Maudet a senti passé le vent du cocktail Molotov, tant les critiques


 furent acerbes à l'encontre du magistrat qui dirige ce département depuis bien trop longtemps pour se défausser sur ses subalternes.

La soirée se poursuivit avec une unanimité du Grand Conseil pour accepter le crédit de 425 millions destiné à financer la part genevoise de l'extension souterraine de la Gare Cornavin. Grâce au travail des Verts, a été introduit dans la loi la notion de "réalisation impérative de la halte ferroviaire de Châtelaine", un combat de longue haleine de notre parti et de la commune de Vernier...mais qui peine encore à trouver son financement ! Début des travaux de la gare souterraine : 2024...si tout se passe bien.

Ce fut ensuite une large majorité (quelques abstentions à droite) qui approuva la loi dite "Longchamp" contre la spéculation en zone de développement lors de construction en PPE (propriété par étage). Il aura fallu plus de 3 ans pour mettre un terme aux pratiques les plus révoltantes de promoteurs immobiliers sans scrupules. 3 ans durant lesquels, il aura fallu un projet de loi -refusé- du Conseil d'Etat, une initiative populaire, un contre-projet alibi et une version quelque peu remaniée par le Tribunal Fédéral pour qu'enfin l'on puisse mettre fin, partiellement, à ces agissements. Cet interminable débat aura néanmoins mis la lumière sur la puissance du lobby immobilier dans ce parlement qui aura réussi à bloquer autant que faire se peut la mise en place de cette législation anti-magouille.

La séance du vendredi débuta avec le débat sur l'augmentation des tarifs TPG. Sujet chaud s'il en est, tant la grogne des usager-ère-s TPG ne cesse, à raison, de monter. En effet, après 12 ans (2002-2014) de développement des prestations (+100% !) sous l’impulsion de nos magistrats Cramer et Künzler, l’offre ne cesse de reculer depuis la nouvelle législature : -2,5% la première année, -4% la suivante. Conformément à nos craintes, la baisse de tarifs votée par le peuple n’a pas amené de nouveaux clients. La majorité de droite refusant de compenser cette baisse de revenus, le résultat de cette politique est perceptible tous les jours : transports publics bondés et lents, bus pris dans les bouchons, trams qui s’encolonnent…Pourtant, en vue de la prochaine mise en service du CEVA, en décembre 2019, il est impératif de s’assurer du maintien d’une clientèle fidèle et convaincue par l’offre des transports publics à Genève ! Mais voilà, notre motard de magistrat préfère ouvrir les voies bus aux motos et créer des ondes vertes…C’est dans ce contexte que sa proposition d’augmentation des tarifs, en passe d’être refusée lors du dernier Grand Conseil, est renvoyé en commission.  Sans compromis, c’est en effet une nouvelle baisse de 6% qui serait effective dès le mois de décembre, avec par exemple, un tram 12 sur deux qui ferait terminus aux Augustins. Refusant la politique du pire, Les Verts ont alors œuvré à un compromis, avec comme fil rouge : pas d’augmentation de tarifs sans amélioration de l’offre. La commission accoucha péniblement d’un accord assortissant la hausse de tarifs d’une augmentation de 3% des prestations, avec notamment l’augmentation des cadences des trams de 11h30 à 13h30. Relevons finalement le jeu trouble du parti socialiste, qui fit volte-face, préférant l’ersatz de proposition du MCG qui avait pourtant un coût supérieur pour l’Etat et entérinait la stagnation des prestations.

La soirée se termina avec un débat sur la nouvelle loi sur les taxis, mais devant l’avalanche des amendements socialistes et MCG, la discussion n’a pas pu être menée à son terme. Les Verts ont soutenu cette nouvelle loi, équilibré, en commission. Elle tient en effet compte des nouvelles technologies tout en cadrant au mieux ces aspects les moins reluisants ; c’est ainsi qu’a été par exemple introduit l’obligation d’un siège fiscal en Suisse. Les Verts ont également obtenu en commission l’interdiction pour les taxis de circuler à vide sur les voies bus. Un petit effort en faveur de la vitesse commerciale des TPG…qui en a bien besoin !

Mathias Buschbeck,
Député

 

 

 

17:24 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.